Heureux chocolat, qui après avoir couru le monde, à travers le sourire des femmes, trouve la mort dans un baiser savoureux et fondant de leur bouche
Anthelme Brillat-Savarin (celui du fromage)

DSC03320 copie

Tous les ans la même histoire. Sortir le vieux grimoire avec la recette plein de tâches et de traces de doigts. Celle de Bonne Maman, celle qu’on ne trouve nul part ailleurs, celle qui a le goût de Noël. Les truffes. L’annonce du capharnaüm dans la cuisine. L’excitation, les cris de joies, les manches retroussées, les yeux qui pétillent et le tablier trop grand de Maman noué sous les bras. Le cacao qui vole, le chocolat qui fond sur les mains, les doigts dans la bouche discrètement. Une histoire de famille aussi. Un travail d’équipe. Moi je les veux rondes. Moi je préfère à la noix de coco. Et moi j’aime pas quand il y a trop de cacao. La famille. Les concessions. Faire plaisir à tout le monde.

Mais surtout s’attabler, tous ensemble, la veille de Noël. Mettre les mains dans le cambouis. Jusqu’aux coudes. Finir en bataille de cacao. Avec des traces de sioux plein les joues. Même quand on a 25 ans. Il n’y a pas d’âge pour ces choses là.

Et puis le soir du réveillon, poser l’assiette au milieu de la table. Et piocher, entre 2 gorgées de vin, avec les joues rosies par le bonheur de partager ces instants éphémères (et par l’alcool un peu aussi). S’en mettre plein les dents et faire les sourires édentés pour les photos. Croquer ces instants. Piocher encore et encore, jusqu’à s’en donner mal au ventre. S’enivrer de ces moments. Jusqu’à plus soif. Parce qu’il faut qu’ils nous tiennent jusqu’à l’année d’après. Picorer les grains de cacao, les éclats de noix de coco, à même le plat, du bout des doigts. Et puis attendre que le feu s’éteigne doucement dans la cheminée. Monter se coucher sous les poutres apparentes dans la grande chambre bleue. En attendant demain matin. ça sera déjà Noël. Même si on a déjà remis le grimoire en place, prêt à être dégainé pour l’année prochaine..

DSC03272 copie

Ingrédients:

Pour une 40taine de truffes

200g de chocolat noir (Nestlé Dessert, chocolat noir ou corsé de préférence)
4 jaunes d’oeufs
170g de beurre (on peut aussi faire moitié beurre moitié margarine pour « alléger » la chose)
3 grosses c à café de crème fraîche épaisse
75g de cacao (à modérer si vous n’êtes pas un fan du chocolat noir commencez par 40/50g et ajustez)
Quelques gouttes d’extrait de vanille liquide
25g de sucre glace

Garnitures (cacao, noix de coco râpée, amande en poudre, pistaches concassées…)

Préparation:

  • Casser le chocolat en morceau et le faire fondre à feu doux au bain marie
  • Hors du feu ajouter au chocolat les jaunes d’oeufs et le beurre (à ce stade la consistance peut apparaître un peu bizarre et peu appétissante, c’est normal, mélangez bien et passez à l’étape suivante!)
  • Ajouter ensuite la crème, le sucre glace, le cacao et la vanille
  • Mettre au frais pendant quelques heures (2 à 3h )
  • Lorsque la consistance vous permet de manipuler la préparation la sortir du frigo. A l’aide d’une petite cuillère prélever des cuillerées de pâte puis les rouler entre vos mains afin de faire de jolies petites boules. (la pâte est collante, pas de panique, cela permettra d’adhérer au mieux au cacao)
  • Répartir les différentes garnitures souhaitées (cacao, pistache concassées, noix de coco râpée…) dans des petits bols et rouler les truffes dans la garniture voulue

Petit conseil: si vous ne les dégustez pas tout de suite remettez les au frigo pour ne pas qu’elles ramollissent

Et si vous avez l’occasion, réalisez cette recette en famille c’est bien plus chouette! C’est la tradition chez nous depuis longtemps, même si on est tous maintenant de grands enfants les truffes ça reste une affaire de famille..

DSC03278 copie

DSC03291 copie

DSC03293 copie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*